• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Comme ma nièce...

Comme ma nièce... - Michel Daignault

Avec Alice et Jean, nous avons eu une enfance tout ce qu’il y a de plus merveilleux. C’est un de nos sujets de conversation préféré : Alice se souvient de nos heures de promenades, dans les champs ; Jean se remémore les soirées au bord de la rivière, en été. Pour moi, ce sont les pluies d’automne et les journées diluviennes du printemps qui ont eu ma préférence. Pendant ces moments où nous ne pouvions pas sortir, nous nous déguisions, avec mes amis. Notre imagination d’enfant était si généreuse, que nous vivions des aventures extraordinaires à l’autre bout du monde, alors que nous étions enfermés dans la chambre de l’un de nous. Mes deux amis sont aujourd’hui en couple et j’ai appris qu’ils attendaient un enfant pour le mois de juin prochain. En conséquence, je devais absolument trouver un beau cadeau au nouveau-né, garçon ou fille. C’était une tâche que je remplissais avec joie. Mon enthousiasme était un moteur formidable.

En profitant d’un déplacement pour aller à mon Soin tache pigmentaire Saint-Jean-sur-Richelieu, j’ai sillonné toute la ville pour trouver le plus magnifique présent pour leur futur enfant. J’ai vite compris que j’aurais bien du mal à choisir, tant que je ne connaîtrais pas le genre du bébé. J’ai interrogé Marianne, la mère de mon amie. Elle ne savait pas plus que moi. J’ai appelé mes amis. Ils me révélèrent qu’ils sortaient d’une échographie, et qu’une petite fille serait là dans quelques mois. J’étais encore plus heureux en entendant cette nouvelle, car je savais qu’ils espéraient tous les deux avoir une fille aînée suivie d’un garçon. Maintenant que je savais que je pouvais prendre des tenues roses avec des volants et des paillettes, je me suis précipité dans la plus belle boutique de vêtements pour enfants que j’ai trouvée.

Du pantalon en trois mois à la tenue de princesse en dix-huit mois, j’avais pris un stock si important, que mes amis auraient certainement tout ce dont ils avaient besoin pendant au moins une année et demi. Une autre idée me vint : leur prendre une partie de la chambre de la petite qui naîtrait bientôt. J’ai donc appelé quelques-uns de mes amis, et nous avons pris un lit, une commode, une table à langer et un tapis. Les futurs parents se réjouirent, quand Mélanie est venue au monde, ils avaient tout ce qui leur était nécessaire. Pour moi, c’était comme si j’avais eu une nièce qui était née.

À propos de l’auteur :

author

Bibliothéquaire en semaine, j’adore prendre le temps d’écrire le week-end sur ce blogue. Cet espace virtuel c’esst un peu ma seconde maison, un espace ou j’échange et ou je discute avec vous de tout et de rien. Vous trouverez évidemment ce petit côté structuré dans la manière don’t j’écris – à l’image de mon métier.