• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Combattre la toux

Combattre la toux - Michel Daignault

Surpris par une pluie soudaine, j’ai dû m’abriter dans une encoignure de porte. Je m’étais attardé chez un ami pour revoir ma planification financière, et je n’avais pas vu que la météo avait bien changé. En attendant que le mauvais temps passe, j’ai envoyé un message à Isabelle, qui garde mes enfants, pour l’informer de mon arrivée imminente. Je ne devais pas rentrer aussi tard, et elle avait déjà eu, de ma part, des instructions précises des tâches qui lui incomberaient en m’attendant. Mes deux filles, doivent être lavées et couchées au plus tard à vingt heures. Comme la jeune fille de ce jour était nouvelle, elle n’avait pas encore eu à rester le soir, et elle ne connaissait pas toutes les étapes à suivre en cas d’absence. Ma conjointe est souvent en déplacement, et nous avons une autre jeune femme, qui vient pour la nuit. Je suis plus rassuré de savoir que je peux partir très tôt ou revenir très tard, et que mes filles soient gardées par des jeunes femmes compétentes.

J’ai été rassuré d’entendre la voix d’Isabelle me dire que tout allait bien, qu’elle avait suivi mes recommandations et que les petites étaient prêtes à être couchées. Leur jeune âge, au moment dont je parle, ne m’a pas permis de dialoguer avec elles, mais elles ont entendu ma voix. Alors que l’averse redoublait de force, je pris conscience que je ne pourrais pas rester là toute la nuit, et que je devais absolument prendre une décision. D’habitude, je suis plutôt courageux, mais ce soir-là, j’avais terriblement froid, car je ne m’étais pas assez couvert. J’ai relevé le col de ma veste, et j’ai tenté d’affronter le déluge. Quelques minutes plus tard, j’avais réussi à avancer jusqu’à l’emplacement où mon automobile était garée.

J’ai éternué dès que je me suis mis au volant. Les éternuements n’ont pas cessé jusqu’à ce que j’arrive à la maison. En voyant mon état, Isabelle m’a proposé de me préparer une bonne infusion, et elle m’a recommandé de prendre quelques cachets contre la toux, que je commençais à avoir. Je sentais que la fièvre montait. Heureusement que j’ai tous les médicaments d’urgence à portée de main dans mon armoire à pharmacie. J’ai pris une soupe et je me suis mis au lit. Je ne me suis réveillé que douze heures plus tard, en bien meilleure santé. Les effets du refroidissement sont passés comme par enchantement, et j’étais en pleine forme pour ce samedi, qui s’annonçait bien rempli.

À propos de l’auteur :

author

Bibliothéquaire en semaine, j’adore prendre le temps d’écrire le week-end sur ce blogue. Cet espace virtuel c’esst un peu ma seconde maison, un espace ou j’échange et ou je discute avec vous de tout et de rien. Vous trouverez évidemment ce petit côté structuré dans la manière don’t j’écris – à l’image de mon métier.